Un Instant de Vie à Istanbul en camping-car

Istanbul marque le véritable premier jour de notre instant de vie en Asie. En ce 1er mai (ni voyez pas de pied de nez !) et après un an et demi de préparation, nous voici donc dans la concrétisation de notre projet. A chaque étape de notre voyage, nous publierons un article qui aura pour sujet ce que nous avons vu bien entendu, mais aussi l’aspect technique et pratique inhérent au camping-car. Cet article complète les publications quotidiennes que nous faisons sur Facebook.

Nous sommes arrivés en Turquie par la frontière avec la Bulgarie. Aucuns problèmes a souligné, si ce n’est quand on nous a demandé d’ouvrir nos coffres. Aux vues du capharnaüm qui y régnait, on nous a dirigé vers un endroit dédié à la fouille approfondie des véhicules. Une aubaine pour nous cela allait nous permettre de ranger et le douanier n’allait pas être déçu ! Dans un anglais correct, fière et le café à la main il a commencé par un petit tour du véhicule tous ouvrants ouverts, puis et entré dedans et est tombé sur les enfants, bien entendu calmes et sages (je plaisante) ça a été le coup de grâce déboussolé il a contrôlé les papiers et nous a dit it’s ok go !!! Dommage pour le rangement !

Nous voici donc en Turquie, achat de la carte autoroute (on l’a pas fait en Slovénie ni en Bulgarie, ça nous a valu 150 et 45 euros d’amende ça pique, on ne s’était pas suffisamment renseigné) et c’est parti direction Istanbul. Tout de suite nous sentons le dépaysement que nous recherchions. Fatigués par notre rapide traversée de l’Europe nous avons choisis de prendre l’autoroute pour arriver rapidement sur notre point de chute repéré sur l’application Park4night

Aire de camping-car dans Istanbul

C’est un parking de terrain de football utilisé également comme aire d’accueil de camping-car. Tout confort avec les sanitaires dans les vestiaires et gardé par deux hommes très sympathiques (les enfants ne les ont pas lâchés) situé à une demi-heure à pied des différents point d’intérêts au prix de 70 Lires par jours soit 10 euros. Nous nous sommes installés et sommes partis en ville retirer de l’argent et acheter une carte Sim Turc. Premier magasin on entre on nous propose une carte Sim avec 7 gigas de data pour 250 lires (36 euros) ça nous parait chère, on décide de changer et là, la Sim avec 9 gigas pour 120 lires (17 euros), nous en prenons deux, fières de notre première victoire sur l’attrape touristes ! Nous avons étés fascinés et déboussolés par l’ambiance qui règne dans les rues d’Istanbul. Ça bouge dans tous les sens, les magasins donnent sur la rue, concert de klaxons, effervescence d’odeurs, des rues bondés, un dépaysement complet, il nous a fallu quelques minutes pour nous y faire mais quel plaisir de déambuler tous les sens en éveils !

De retour à notre camping-car nous avons passé une agréable et arrosée soirée en compagnie d’un couple de Français, Fanny et Romain en cours de tour d’Europe avec leur vieux van aménagé, ainsi qu’un couple de retraité Allemand sur les routes où bon elles les mènent. Camping-car, voyages, gilets jaunes, Jean-Marie Bigard (clin d’œil à fanny !) et bien d’autres sujets ont étés abordés, accompagné d’un cubi de rosé qui n’aura pas survécu !

Quelle belle première journée de vie en famille, dépaysement, rencontres, c’est tout ce que nous recherchions, on en redemande !!!

La Mosquée Bleue et Sainte Sophie

Le lendemain réveil difficile de bon matin (sacré rosé !) direction la mosquée bleue et Sainte Sophie, une demi-heure de marche toujours dans cette même effervescence, déjà plein de monde sur les esplanades, cela ne nous empêche pas de savourer devant ces deux joyaux religieux se faisant face, chargés d’histoire. Nous n’entrerons pas malheureusement dedans aux vues des files d’attente décourageantes.

Midi arrivant en même temps que le mauvais temps nous décidons d’aller manger dans un restaurant que nous avions repéré et qui a pour particularité d’être sur un toit terrasse entre les deux monuments. Nous nous rappelons plus ce que nous avons mangé tellement la vue panoramique à 360° est impressionnante. Assis pile entre Les mosquées et le détroit du Bosphore le paysage est à couper le souffle. Le clou du repas fut pendant l’appel à la prière. Les deux muezzins dans un chant profond et offrant tellement de sens pour tellement de monde, se renvoyant l’appel d’un minaret à l’autre. Nous avons vécu un moment privilégié qui a intrigué les enfants, ce qui leur a vraiment permis de se rendre compte du dépaysement, nous en avons profité pour faire une petite instruction, deuxième jour et déjà pour eux de l’éducation et de l’ouverture.

La mosquée Soliman le Magnifique

Pour parfaire cette instruction nous voulons impérativement leur montrer l’intérieur d’une mosquée, nous repartons donc direction le grand Bazars jusqu’à la mosquée de Soliman le Magnifique, nous flânons dans ses jardins apaisants puis entrons sans attente préalable. La coupole est renversante et les décors comme Soliman nous ne regrettons pas notre choix.

Les bazars

Le grand bazar

Viens ensuite la visite des deux bazars, le premier le Grand bazar, nous y entrons par une ruelle bondées et sommes immédiatement plongés dans un autre monde, qui ravirait les adeptes de la course d’orientation.S’y trouve un nombre incalculable d’échoppes spécialisées en bijoux, porcelaine, épices, vêtements, pipes en écume de mer, narguilés, et beaucoup d’autres, dans un entremêlement apparemment organisé, par rue, sous des voûtes rustiques peintes ! On en prend plein les yeux de par la disposition des produits vendus, par couleurs, tailles, formes, un fin et organisé entassement ! Par contre aucunes indications sur les provenances, prix, n’y connaissant pas grand-chose nous ne nous sommes pas laissés tenter, surtout en voyant des robes en jean Disney de la marque Gucci.

Le bazar égyptien

Les second, le bazar égyptien est mieux organisé, plus «sélect», on le devine plus récent mais à, au même titre que le grand bazar, un charme particulier.

Malgré ce qu’il se dit sur la toile et dans les différents guides, les vendeurs et rabatteurs des bazars n’ont pas été oppressants outre mesure, au contraire, nous avons pu flâner tranquillement, échanger, goûter des produits, bref, profiter sereinement.   

Nous rentrons direction l’aire de camping-car, usés par les 10 kilomètres de marche mais satisfait par ce que l’on a vécu. Nous en avons pris plein les yeux, enfants comme parents, tout cela promet pour la suite. On se sent bien en Turquie, prochaine étape, on change de décor et d’ambiance, direction Pergame et Éphèse, direction l’histoire pour se plonger un instant de vie dans le passé.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :