Turkménistan en camping-car : Le Bilan

  • Durée : 3 jours, du 24 au 27 juin 2019
  • Distance : 980 kilomètres
  • Dépenses : 22,80 euros/jours + 479 $ pour les visas et le passage de frontière

Itinéraire

Nous avons quittés l’Iran par la frontière à Howdan au Sud d’Achgabat et sommes sortis au Nord par Farap après la ville de Turkménabat. Nous avons empruntés une route relativement correct, un peu de slalom de temps en temps, mais nous avons roulés en moyenne à 80 km/h. Pas de péages ni de cartes autoroute au Turkménistan, mais on retrouve régulièrement des checkpoints de police où nous sommes obligés de marquer un arrêt devant une caméra.

La signalisation est spartiate, on trouve quelques panneaux de limitation de vitesse, qui n’ont aucune cohérence avec l’environnement routier, et généralement, 200 mètres plus loin, se trouve un policier avec un radar (à croire que c’est lui qui a posé le panneau !). La police est omniprésente sur la route et dans les villes, nous nous sommes fait contrôler à quatre reprises, dont une fois pour excès de vitesse (79 au lieu de 50 km/h) mais à chaque fois, la barrière de la langue a eu raison des motivations, si bonnes soient-elles, de nos amis policiers Turkmènes (on n’a rien fait pour arranger la chose non plus !). Le paysage est récurrent, plat, cultivé ou désertique, rien de quoi agrémenter le temps de route.

Merv

Nous avons choisi cet itinéraire afin de pouvoir visiter Merv, la cité-oasis la plus ancienne et la mieux préservée le long de la route de la soie en Asie centrale. Couvrant près de 4000 ans d’histoire, elle est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Sur place, nous avons pu nous balader librement allant de site en site, tentant de s’imprégner de ce que la cité aurait pu être, aux travers les vestiges de fortifications, forteresses, mausolées et autres mosquées. Un beau support de leçon pour les enfants, pour leur enseigner le commerce et la vie de nomade sur la route de la soie. Nous n’avons pas été déçus et cela ne nous a rien coûté.

Argent

Il nous restait plus que 25 dollars en poche après l’Iran et le braquage à la Turkmène subit en toute légalité dictatoriale à la frontière (voir l’article braquage à la Turkmène) . Nous devions donc retirer une somme confortable en dollar et en changer en Manat pour en avoir suffisamment durant notre transit. Il n’est pas possible de payer en carte Visa ou MasterCard au Turkménistan, il faut se rendre dans une grande banque afin de pouvoir retirer des dollars au guichet ou retirer des Manats au distributeur acceptant ces cartes bancaires. Nous profitons de notre passage à la capitale pour faire nos démarches financières. Nous retirons nos dollars au guichet sans problèmes, munit de notre passeport et de notre carte bancaire, puis retirons 10 Manats au distributeur pour se rendre compte du taux officiel. Verdict : 1$ = 3.5 Manats. Nous sortons de la banque et demandons à un passant où est-ce qu’il est possible d’effectuer du change au marché noir, il me répond qu’il peut le faire et après quelques coups de téléphone, nous échangeons 100$ contre 1500 Manats soit à un taux de 1$ pour 15 Manats, bingo !!! Nous savions qu’il est même possible d’obtenir jusqu’à 18 Manats mais nous sommes satisfait de notre transaction surtout que c’est limite légal.

Achgabat

Achgabat est la capitale du Turkménistan, une ville impressionnante et étonnante, elle offre la plus grande concentration au monde de marbre blanc rendant du plus bel effet. Les bâtiments immaculés entourent de grands boulevards impeccables, tout est lisse et propre, tout comme les voitures essentiellement de couleurs claires, on dénote avec notre camping-car tout poussiéreux, on se croirait à Disney mais dans la vraie vie. La circulation est faible et disciplinée, c’est plutôt agréable après la furie des villes Iranienne. On sent la discipline, les gens n’ont pas l’air malheureux, au contraire, les femmes sont jolies et apprêtées dans de longues robes colorées et les hommes de même en pantalon noir et chemise blanche. Il est interdit de fumer dans la ville, on peut même recevoir une amende si on roule avec une voiture sale, on sent la patte de la dictature, c’est toujours plus simple de mettre des choses en place quand il y a qu’un seul décideur, malheureusement, nous n’avons pas eu le loisir d’en parler avec des Turkmènes.

Gurbanguly Berdimuhamedow « président » du Turkménistan

Gazole

On trouve des stations un peu partout au Turkménistan, pas d’inquiétude pour trouver du gazole. Le prix du litre est de 1.35 Manats soit un plein pour nous d’environ 5$ taux marché noir de 1$ pour 15 manat, c’est en gros cinq fois plus cher au taux officiel.

Bivouacs

Nous avons suivi l’application IOverlander, il est possible de bivouaquer au sein même du site de Merv rendant le moment magique. Sinon, on trouve régulièrement des plateformes bétonnées le long de la route, à une bonne distance de la circulation afin de passer une nuit tranquille.

Eau

Nous n’avons vu aucun point d’eau durant notre trajet, le long de notre itinéraire, nous ne nous sommes pas non plus trop écartés des grands axes. Nous avions fait le plein en Iran avant le passage à la frontière, suffisant pour les trois jours.

Téléphone

Nous nous sommes passés du téléphone et d’internet pendant trois jours.

Nourriture

On trouve régulièrement de petits supermarchés, les prix sont corrects si on reste local. Nous n’avons pas changés nos habitudes, pâtes, riz, poulet, tomates, fruits et œufs. Après un mois de sevrage d’alcool en Iran, nous avons eu le plaisir de trouver des magasins de spiritueux, essentiellement consacrés à la vodka, ça tombe bien nous en avons profités pour faire un petit stock avec le reste de nos Manat, c’est reparti pour l’apéro !!!

Ce fut court mais agréable, Achgabat et le site de Merv nous ont vraiment impressionnés, nous avons pu transiter tranquillement sans aucuns problèmes. Nous aurions vraiment aimés échanger avec les Turkmène pour en savoir plus sur leur vie et l’impact de la dictature sur leur quotidien, d’autant plus qu’ils avaient l’air vraiment avenant et disposés à échanger, mais la barrière de la langue et le fait de ne pas avoir internet pour nous y aider à rendu l’échange impossible. Dommage.

2 commentaires sur “Turkménistan en camping-car : Le Bilan

  1. coucou les enfants, belles explications et belles photos, nous sommes impressionner, l’apéro est bien mérité. Et maintenant, quel pays allez vous traverser ? bisous a vous 5

    ________________________________

    J'aime

    • nous sommes maintenant en Ouzbékistan pour une dizaines de jours ensuite nous prendrons la direction du Kirghizistan et du KAZAKHSTAN! Gros bisous!

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :