Ouzbékistan: de la frontière à Boukhara

Après un passage accéléré au Turkménistan, nous abordons avec impatience l’Ouzbékistan, où nous aurons le loisir de passer du temps et reprendrons le rythme que nous avions en Turquie et en Iran. Première étape, Boukhara où se retrouve une concentration de joyaux de l’Orient, nous promettant de belles balades.

Frontière Turkménistan / Ouzbékistan le 27 juin 2019


Nous n’avions jamais entendu parler de problèmes, lors du passage de frontière entre ces deux pays, notre traversée ne fait que confirmer cela. Et pour couronner le tout, après les presque 300$ dépensés à la frontière précédente, cette frontière, que ce soit coté Turkmène ou Ouzbek, est GRATUITE !!! Les visas aussi YOUHOUUUU !!! C’est quand même aberrant, d’un pays à l’autre on passe de 300 + 200$ de visas pour 5 jours à, gratuit pour 30, une cohérence régionale inexistante et un bel avantage que nous avons en Europe.


Coté Turkmène tout s’est passé rapidement sans aucun problèmes, pendant qu’Aurélie fait la queue pour le contrôle des passeports, je m’occupe des formalités du véhicule. Les militaires font le tour du camping-car et déplombe notre drone (ca y est, on peut de nouveau voler) un contrôle simple, sans aller dans les détails. Content de voir que nous avions achetés de la vodka exclusivement Turkmène (6 litres quand même !), ils m’invitent à me garer vers la sortie et à finir les démarches pour les passeports, chose faite 20 minutes plus tard et nous quittons donc le Turkménistan.

Achetez Turkmène, les douaniers seront contents !!!
frontière détendue côté Turkménistan

Coté Ouzbek, après un rapide contrôle des documents, nous sommes accueillis à un premier portail par une militaire parlant parfaitement Anglais, fini le langage des signes. Il y a très peu de monde et les différentes démarches se font rapidement, de plus les enfants font les clowns comme d’habitude, d’expérience nous les laissons faire, ça a le mérite de détendre les douaniers. Ça n’a eu aucun effet sur le décryptage de la carte grise Française, nous perdons une heure à aider les douaniers à remplir le document informatique, au même titre que le permis international, se serait pas mal de pouvoir avoir une carte grise internationale afin de faciliter tout ceci. Nous passons ensuite à la fouille, où plutôt à la visite du camping-car, accompagné d’un chien renifleur et s’en est fini, have a good trip in Ouzbékistan !
Le passage de la frontière entre les deux pays aura duré un peu moins de deux heures, sans difficultés avec juste passeports, permis international et carte grise.

Entrée frontière coté Ouzbékistan tout aussi calme

La perte de l’auvent

Nous voici sur les routes Ouzbek, nous prenons tranquillement la direction de Boukhara, quand tout à coup, nous entendons un gros bruit suivit d’un claquement à l’extérieur du véhicule. Contrôle rétroviseurs, ah chérie, je crois que l’auvent avait besoin de prendre un peu l’air ! Il n’était pas en très bon état lors de l’achat du véhicule et malheureusement le changer ne rentrait pas dans le budget, nous sentions à chaque fois qu’on le manipulait qu’il souffrait. Nous ne sommes pas mécontents que cela se produise maintenant, sans personne sur la route, il aurait pu abimer une autre voiture ou, plus grave, blesser quelqu’un. Irréparable, nous le démontons sur place en laissant l’armature métallique fixée sur le camping-car, on cherchait une nappe, la voilà toute trouvée. Nous perdons un peu de confort, ce n’est pas grave on utilisera une bâche. Nous poursuivons notre route, dans la première ville nous trouvons une boutique d’opérateur mobile, je présente mon passeport, obligatoire pour pouvoir acheter une carte SIM, 11$ plus tard nous voici avec 10GB d’internet, en avant pour Boukhara.


Boukhara

Nous avons, d’expérience, une petit appréhension lorsque nous nous rendons dans les grandes villes, notamment après l’Iran. Il est difficile de se garer, la circulation est dense, et la pratique du code de la route particulière. Boukhara est le parfait contre-exemple, nous nous sommes garés en plein centre-ville, au milieu de tous les sites ayant de l’intérêt, gratuitement, dans un parking quasiment vide et sans aucune difficulté pour y parvenir, le bonheur du camping cariste. On va pouvoir profiter pleinement de cette ville.

Boukhara est une ville avec une très longue histoire en Asie centrale, étape incontournable sur la route de la soie elle était également un centre important pour la théologie et la culture islamique à l’époque médiévale. On y trouve des centaines de mosquée, de médersas (établissement d’enseignement religieux), de bazars et de caravansérails, nous avons été ravis de l’état de préservation de ce patrimoine bâti, pour la plupart entre le IX et XVIIème siècle. Nous avons trouvé une ville agréable à visiter, calme et sereine, elle s’est très bien adaptée à l’intérêt touristique, que se soit dans son aménagement urbain que sur les prix pratiqués (ca c’est moins dans notre avantage !)

L’ensemble Poy Kalon

C’est une charmante petite place, où l’on se retrouve entouré par la mosquée Kalon construite au XVIIème siècle, son portail en mosaïque et ses 288 dômes, son minaret, tour multifonction qui haut de ses 48 mètres servait pour l’appel à la prière, mais aussi comme phare pour guider les caravanes ainsi que de plongeoir pour les condamnés à mort, et enfin la médersa (école religieuse) Mir-i Arab, toujours en activité et malheureusement impossible à visiter.

La forteresse Ark

Immense forteresse située en plein centre ville, construite au Veme siècle, structure militaire qui à accueilli les différentes cours royales qui régnaient dans la région. il abrite maintenant un musée retraçant l’histoire du site. nous ne sommes pas entrés, ne nous sentant pas de visiter un musée avec les enfants, par contre nous avons profités de la place qui l’entoure pour lézarder de jour comme de nuit.

Mausolée des samanides

Entouré d’un petit parc d’attraction idéal pour les enfants, le tombeau d’Ismail 1er construit en 900 est un chef d’œuvre d’architecture funéraire, avec ses briques apparentes imitant le tressage d’une vannerie, chapeau le maçon!

Mosquée de Bolo Haouz

Dans un petit parc juste en face de la forteresse de l’Ark, On se retrouve face à la devanture magnifique d’une mosquée soutenue par des colonnes de bois sculpté. En levant la tête on découvre de magnifique muqarnas en bois peint, éléments de l’architecture islamique médiévale ayant la forme de nid d’abeille.

Mais le mieux est de se perdre dans les rues de boukhara, à se perdre on trouve, du petit restaurant, à la petite mosquée, à la petite place ombragée, échangeant avec telle ou telle personne de tout et de rien, dans Boukhara la paisible.

Khiva et la mer d’Aral une autre fois peut-être!

Khiva
Mer d’Aral

C’était deux des étapes clés de notre passage en Ouzbékistan, la ville de Khiva vieille de plus de 2500 ans et ses décors de cinéma et l’ex mer d’Aral avec ses cimetières de bateaux, idéal pour sensibiliser nos enfants sur l’impact de l’homme sur la nature. Cela représentait un aller-retour de plus de 1200 kilomètres mais que nous pensions valoir le coup. Après deux jours passés à Boukhara nous partons donc direction l’Ouest motivés par se qu’il nous attend, s’était sans compter sur l’état de la route. C’est simple on a fait 65 kilomètres en 1h45, à se faire secouer dans tous les sens. Pour l’intégrité physique du véhicule et surtout du pilote, nous décidons de faire amèrement demi-tour. C’est une leçon que nous retiendrons, premièrement c’est le terrain qui commande et ensuite il va falloir revoir nos étapes afin de les adaptés à l’état des routes, qui vont en se dégradant, si on veut pouvoir être à la frontière Chinoise le 1er septembre avec les visas Russes, Mongole et Chinois en poche. Fini l’itinérance de la Turquie et de l’Iran, place à la route et à la bonne répartition du temps qu’il nous reste, nous prenons la décision de ne plus passer au Kirghizistan et de sacrifié le Kazakhstan si on veut pouvoir traverser la Chine comme prévu.

Il faut savoir rebondir : Bivouac de rêve au lac Tudacul

Nous sommes le 29 juin, nous devons récupérer Julien le caméraman à Samarkand le 4, il va nous filmer 4 jours en Ouzbékistan dans le cadre de l’émission sur les camping-cars qui passera sur TMC dans 90’ Enquête début septembre. Cela nous laisse un peu de temps devant nous et donc, après des bivouacs citadins, nous décidons de passer au Bivouac nature. A l’Est de Boukhara il y a un lac, le lac Tudacul, nous regardons sur l’application IOverlander si il y a des bivouacs, c’est le cas, nous rebroussons chemin sur notre route de M… accidentée pardon, traversons Boukhara, et reprenons une route, non… une piste, non… bref la route de Khiva était en très bon état à coté de celle-là. Elle a quand même le mérite de nous amener vers notre lac après avoir passé plus de cinq heures sur la route et fait 170 kilomètres ! Nous longeons le lac et tombons devant un portail délabré avec un Ouzbek parlant pas un mot Anglais, on essaye de rentrer en contact mais rien n’y fait, il me dit de remonter dans mon véhicule et de le suivre, on se regarde avec Aurélie, de toute façon on est crevé on verra bien. Grosse surprise, il nous demande de nous garer derrière une petite paillote équipé d’un grand lit avec coussins et couvertures, directement sur la plage à deux mètres du lac d’eau douce turquoise. On se serait cru au Canaries, en mieux, sans touristes et pour la modique somme de 10 000 soums les 24 heures soit 1 euro. L’Ouzbek nous apparait tout de suite plus sympathique, nous resterons deux nuits dans ce petit paradis en alternant siestes, baignades, et farniente !

Allez je suis motivé, la petite histoire de Nasreddin KODJA le Robin des bois de l’Orient

Connu dans tout l’Orient comme source de quantité d’histoires racontées aux enfants comme aux adultes, nasreddine khodja est un sage, rusé, feignant, aimant se moquer de l’autorité, un peu comme notre Robin des Bois. Nous nous sommes retrouvés devant sa statue sur une place de boukhara, il tenait dans sa main une pièce de monnaie. Cette pièce de cuivre est la source d’une belle histoire. Un jour l’émir de Boukhara, sortant de la mosquée, fit un faux pas et tomba dans le bassin. Ne sachant pas nager, il appela à l’aide mais personne ne voulut l’aider. L’émir était cruel et avare et chacun se félicitait de sa situation. Aussi il promis la moitié de sa fortune à celui qui l’aiderait. Aussitôt tout le monde se jeta dans le bassin afin de tenter de sortir l’émir, mais avare qu’il était, réalisant la promesse qu’il venait de faire, se débattit corps et âme, préférant mourir que de céder la moitié de sa fortune. C’est là qu’intervient Nasreddine Khodja. Juché sur son âne il sortit de sa poche une pièce de cuivre et cria à l’émir: “Émir, cette pièce sera à toi si tant est que tu puisses venir la chercher”. L’avarice de l’émir était-elle, qu’il en apprit presque à nager instantanément. Il sortit de l’eau et accouru vers le sage réclamant son maigre butin. Nasreddine lui jeta la pièce de cuivre et lui dit “maintenant que je t’ai sauvé Emir, tiens ta parole et offre-moi la moitié de ta fortune”. L’émir fut contraint de s’exécuter. Nasreddine Khodja ne garda rien pour lui, mais distribua la fortune de l’émir aux habitants les plus pauvres de Boukhara. Voilà une belle fable et un bon support de leçon pour les enfants, qui ont appréciés.

Ces premiers jours en Ouzbékistan ont étés très riches, nous avons pris plaisir à découvrir Boukhara et en avons profités sur notre bivouac de rêve, mais avons également pris conscience que nous avions pris un peu trop notre temps en Turquie et en Iran et qu’il va falloir accélérer le mouvement en composant avec l’état de route, la mécanique et le temps qu’il nous reste afin d’entrer au plus tôt en aout en Mongolie. Nous prenons la direction de la ville de Samarkand, la capitale de Tamerlan, pour un instant de vie un peu plus rythmé.

Un commentaire sur “Ouzbékistan: de la frontière à Boukhara

  1. J’aime me promener sur votre blog. un bel univers agréable. Blog intéressant et bien construit. Vous pouvez visiter mon blog récent. A bientôt.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :