La Russie express, mais belle surprise: le bilan

Durée : 4 jours du 31 juillet au 3 août 2019

Distance : 1065 kilomètres

Dépenses : 34,25 € par jour

Un transit rapide

La Russie était pour nous le passage obligé entre le kazakhstan et la Mongolie, les deux pays n’ayant pas de frontière commune, nous n’avions aucune ambition, ni touristique ni culturelle si ce n’est de rouler et de rejoindre le plus rapidement possible la Mongolie. Nous avons choisis notre itinéraire pour qu’il soit le plus roulant et surtout, dans le meilleur état possible après le catastrophe des routes Kazakh.

Administratif

Frontières et attestation d’importation temporaire de véhicule

Poste de frontière entrée Russie

L’entrée en Russie avec notre véhicule a nécessité un visa transit (voir l’article sur le visa transit). Le passage de la frontière entre le Kazakhstan et la Russie au nord Semeï n’a posé aucun problème, le passage des deux postes nous a pris en tout et pour tout 2 heures. Les documents demandés sont, passeport avec Visa, permis et carte grise du véhicule. Les douaniers sont courtois et parlent parfaitement anglais. Le passage à frontière de la sortie de la Russie a été un peu plus long mais non moins sans difficultés.

Poste frontière sortie Russie

Par contre chose très importante, il nous a été demandé un document qui s’appelle attestation temporaire d’importation de véhicule, ce document nous l’avions eu à la frontière à l’entrée de l’Ouzbékistan, et on risque une forte amende si jamais nous ne le présentons pas. Nous avons bien fait de conserver chacun des documents administratifs pour chacun des pays que nous avons traversés. La fouille du véhicule a été sommaire à chacun des postes, après nous avoir demandés si nous ne transportions pas de drogue, d’armes, ou de clandestins (ah non on a assez des trois enfants!).

Importation temporaire de véhicule recto
Verso

Assurance du véhicule

Notre assurance française couvre les dégâts que nous pourrions causer sur le territoire Russe, donc pas besoin d’en refaire une locale.

La route

Gros contraste entre la route du kazakhstan et la route russe. il n’y a strictement rien à redire sur la route que nous avons emprunté pendant nos quatre jours. On trouve des radars automatiques régulièrement, notamment dans les villages dont certains, bizarrement, comme en France sont dégradés, la signalisation est claire, et nous n’avons croisé aucun péage.

En Russie le sport national et le dépassement, à croire que les Russes ne supporte pas être derrière un autre véhicule, quitte à se mettre en danger avec des dépassements plus que hazardeux, sinon à part ça et la vitesse le code de la route est respecté . On a quand même vu beaucoup de Lada en panne sur le bord de la route, désolé je peux pas m’en empêcher je vous mets quelques blagues sur cette célèbre marque de voiture.

L’itinéraire: L’Altaï

Comme dit précédemment, l’itinéraire que nous avions prévu en Russie était juste pratique. Nous avons eu quand même la bonne surprise d’avoir à traverser le massif montagneux de l’Altaï, du moins pour sa partie Russe, et avons pris plaisir à sillonner ses routes bordés de rivières, de collines et de montagnes, ses plaines et ses forêts de conifères, offrant un panel de couleurs et des panoramas à couper le souffle. Nous regrettons maintenant de ne pas y avoir passé plus de temps.
Dans le massif de l’Altaï nous y avons trouvés des bivouacs parfaits, en bord de rivière dans la nature, au calme et face à de magnifiques paysages, nous y serions bien restés quelques jours. C’est également un lieu de villégiature privilégié pour nos amis Russe qui en profitent eux aussi, pour y camper, faire de canyoning, des randonnées ou encore chasser. La nature y est impressionnante et préservée, c’est vraiment un lieu que je recommande pour tous les aficionados de vie sauvage, 4×4, chasse et pêche.

Le carburant

Aucun problème pour trouver du gasoil en Russie, il y a des stations régulièrement même dans l’Altaï. Comme pour le Kazakhstan et les autres pays de l’ancien bloc soviétique, le gasoil se reconnaît au symbole AT.

L’argent

Nous avons retiré au distributeur automatique de quoi tenir nos 4 jours de transit. Nous avons essayés de payer avec notre carte MasterCard mais cela n’a pas fonctionné, mais il n’y a aucun problème pour trouver des distributeurs. La monnaie locale et le rouble divisé en kopeck. 1 € correspond environ à 72 roubles russe. Le prix de la vie en Russie est naturellement plus chère que dans ses pays voisins, pour avoir une référence le prix du litre de gasoil et en moyenne de 42 de roubles, soit un plein à environ 40 €.

Impressions

Ce que nous avons aimés:

  • l’Altaï bien entendu, des bivouacs de rêve et quel plaisir de rouler au milieu de ses paysages.
  • les routes, ça peut paraître bizarre mais après le Kazakhstan, je vous garantis que ça change la vie!
  • la cordialité et le professionnalisme des douaniers, et ça aussi ça change des autres frontières!
  • la propreté du pays toujours en comparant avec le Kazakhstan.

Ce que nous avons moins aimés:
Et bah rien !!!

Voilà pour ce que l’on peut dire sur notre courte expérience en Russie, nous en gardons une très bonne impression, maintenant place à un instant de vie en Mongolie!!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :