Passage de la frontière Mongolie/Chine à Erenhot, le 01/09/2019

L’entrée dans un pays est toujours un moment d’incertitude et de stress, surtout lorsqu’on entre dans un pays comme la Chine, si proche de nous avec tous les produits chinois que nous consommons et tous les touristes que nous côtoyons , mais tellement lointaine, dans son mode de vie, sa culture et son protectionnisme. Le premier contact que nous avons eu avec la Chine, fut lorsque nous avons demandé nos visas à Oulan-Bator, on peut dire que ce ne fut pas un moment agréable et encore moins un premier contact facile, cela a eu le mérite de nous mettre dans le bain vis-à-vis des démarches administratives que nous allons devoir effectuer, et notamment notre passage de frontière.

La préparation

Après quatre mois de voyage en solitaire, nous allons, pour la première fois, devoir le partager avec sept autres familles. Cela ne s’improvise pas, nous avons deux inquiétudes à ce sujet, la première et l’ambiance du groupe, les premiers contacts sont plutôt concluant et rassurant de se point de vue là, ensuite, nous avons la crainte d’avoir un problème technique, mécanique ou tout autre problème qui aurait pour conséquence d’influer sur le groupe et de se fait, de le pénaliser par notre faute. C’est pour cela que, quatre jours avant notre passage de frontière et avant la réunification de toutes les familles (ca fait un peu Kho Lanta !) nous nous installons à côté d’un petit temple à environ 200 km de la frontière sur un parking, où nous en profiterons pour tout remettre à plat et à jour. Vidange , grosse lessive, petites bricoles, étude du parcours que nous allons emprunter en Chine, afin d’être prêt pour le mois que nous allons passer ensemble. Nous sommes ravi de voir plusieurs familles nous rejoindre avec le même esprit de préparation et d’échange, de bonne augure pour la suite. (ils ont d’ailleurs bien rigolé, quand ils ont vu dans l’état que j’étais après ma première vidange !!!)

On se retrouve

Voilà , après presque un an de préparatifs, entre la constitution d’un groupe, la prise de décision concernant l’itinéraire, la prise en compte des différents détails d’assurance, de coût, de guide, le départ et l’arrivée de certaines famille, les incertitudes, les échanges de mail en anglais avec Louisa (c’était sportif, à coup de traducteur car elle ne parle pas Anglais !) , nous voici enfin rassemblés à huit familles, à la frontière avec la Chine en vue de passer un mois ensemble. Quinze adultes et seize enfants constituent le groupe, de quoi animer nos soirées. Nous profitons de ce moment pour faire plus ample connaissance, de partager une dernière bière en Mongolie et régler les derniers petits détails post-frontaliers.

Nous apprenons par exemple, que pour pouvoir transporter et utiliser un drone en Chine, il faut au préalable le déclarer par internet, chose que nous n’avons pas faite, comme aucune autre famille, et il est donc préférable d’essayer de le dissimuler quelque peu dans le véhicule. Nous faisons également notre première réunion coordination avec pour sujet le passage de la frontière du lendemain. Nous apprenons que la frontière ouvre à 8H00, nous décidons de nous installer sur un parking à proximité de la première barrière pour la nuit, et de nous présenter très tôt le lendemain matin, afin de ne pas faire trop la queue et de ne pas entrer trop tard en Chine, pour honorer notre rendez-vous avec le guide à 11H00.

Côté mongole

Comme prévu nous nous installons devant la barrière à 5H00 du matin, il n’y a personne, sinon les militaires qui nous accueillent et nous confirment que nous pourrons passer qu’à partir de 8H00. Nous avons tous passés une nuit exécrable, en effet à proximité de cette frontière se trouve aussi un lieu de chargement de train, qui est régulièrement rythmé par de mémorables et bruyants coups de klaxon, c’est-à-dire toutes les 10 minutes, les camping-car n’ayant pas pour réputation d’avoir une très bonne isolation acoustique, je vous laisse imaginer la nuit. A 7H00 du matin, nous trouvons bizarre qu’il n’y ait toujours personne à cette frontière, surtout que nous avions lu sur différents témoignages qu’elle à tendance à être bondée, c’est alors qu’un militaire viens me tendre un téléphone avec, au bout du fil, un Mongole parlant un peu anglais, qui nous explique que nous n’étions pas à la bonne frontière, il aurait pas pu le dire avant! Nous voici donc reparti à huit vehicules, direction le bon endroit se trouvant 2 km plus loin.

Tout de suite, il y a beaucoup plus d’animation, des policiers qui font la circulation, des militaires qui font le filtrage, des colonnes de voitures, des tas de gens, attendant le passage de la frontière, ça valait le coup de faire le pied de grue si tôt devant la mauvaise barrière ! Bien entendu aucun de tout ce beau monde ne parle un mot anglais, mais nous arrivons à comprendre que nous ne pourrons pas rentrer avant 12H00, nous laissons éclater notre incompréhension surtout que nous avons rendez-vous avec le guide à 11h côté chinois, nous arrivons tant bien que mal à négocier un passage à 10h, c’est mieux que rien. En attendant on nous installe en colonne face à la frontière et regardons pendant 2h d’autres entrer. Et c’est pas fini, à 10h on nous a dit que nous pouvons y aller et là, surprise, il faut payer 20 dollars de taxe de route, une dame qui ressemble à rien, un carnet à vouchers qui a l’air de tout sauf être officiel et des militaires oppressant face à notre incompréhension. Certains payent comme nous, par dépit, d’autres ne veulent pas payer et c’est au final eux qui ont raison, car à la fin les militaires, agacés nous demandent d’avancer, taxe payée ou pas! C’est tout simplement aberrant. Dommage que la dernière image que nous avons eu de la Mongolie soit de la sorte.
Pour le reste, tout à été plié en 15 minutes, les familles entrent pour le contrôle de passeport, les conducteurs restent avec les véhicules après avoir récupéré un papier à faire tamponner auprès de divers interlocuteurs, petit contrôle visuel rapide à l’intérieur du véhicule sans même rentrer, sans même se donner la peine de regarder dans les les coffres et les soutes. On va pas s’en plaindre surtout que la journée était mal parti. Nous voici libérés de toutes obligations Mongole.

Côté chinois

C’est fou comment une simple ligne imaginaire, en outre une frontière, peut marquer une telle différence entre s’il on est d’un côté ou de l’autre. Nous changeons complètement de monde, tout est propre et immaculé, carré comme on dit dans mon métier, c’est plutôt pas désagréable après un mois de Mongolie. Nous sommes immédiatement accueilli par un douanier parlant parfaitement anglais, il nous indique un endroit où nous pouvons garer l’ensemble des véhicules et nous dirige vers le lieu de contrôle des passeports. Le bâtiment s’apparente à un hall d’aéroport, nous passons presque immédiatement, contrôle des visas, prise de photo et empreintes, les familles rejoignent une salle d’attente pendant que les conducteurs partent avec les véhicules. Le contrôle des camping-car se fait sans difficultés, simple et peux approfondie, cela nous permet de partir nous garer sur le parking transit de la frontière après seulement 15 minutes.

Attention aux cartes !!!

Nous retrouvons à ce moment-là le guide, il s’appelle Xia , il parle parfaitement en français et nous fait une première bonne impression, se montrant motivé et ravi de nous rencontrer. Seul petit bémol, une fois les véhicules garés, des agents des douanes sont venus nous demander si nous avions des carte de la Chine dans nos véhicules, nous n’en comprenons pas la raison et de fait ne repondons pas, excepté une famille qui disant avoir un guide de voyage (comme nous tous), les agents se mettent à le contrôler et concluent qu’il ne sera pas possible de le garder, qu’ils vont devoir le confisquer car n’étant pas conforme à la politique du pays. En effet sur la carte de la Chine, Taïwan se trouve être de la même couleur que la Chine, voulant donc dire que se sont un seul et même pays, ce qui n’est pas la réalité, aux vues des relations sensibles entre les deux pays. Malgré notre incompréhension le guide nous informe qu’il n’est pas utile de négocier, en effet en Chine on ne parle pas de politique surtout avec des étrangers, nous n’avons donc pas le choix que de nous plier à cette règle.


Mise à part cela, le passage de la frontière coté chinois s’est très bien passé, sans aucune difficulté ni surprise, à notre grand soulagement, mais il n’en n’est pas fini avec les démarches, car en effet, il n’est toujours pas possible de conduire avec nos véhicules en Chine il va falloir attendre le lendemain pour récupérer nos plaques d’immatriculation temporaires ainsi que nos permis de conduire chinois, l’agence s’est occupée de tout, nous allons devoir laisser notre véhicule pendant 24 heures, ce sera une première depuis 4 mois.

Petit plaisir à l’hôtel

Cela fait du bien un petit peu de confort de temps en temps. Durant les 24 heures que nous avions à attendre dans le but de récupérer les derniers documents administratifs, nous nous retrouvons tous dans un hôtel cosy d’Erenhot, l’agence avait prévu un bus pour nous y amener.

15 adultes
16 enfants

De grands est vrais lits avec des draps propres et frais, une salle de bain avec une douche énorme avec de l’eau chaude, je crois que nous n’avons jamais autant pris de douche de notre vie, je vous garantis que durant cette journée le camping-car ne nous a pas manqué et qu’il fallait vraiment une bonne raison pour nous faire sortir de la chambre !


L’après-midi nous partons avec les guides afin de pouvoir retirer des Yuan et également s’acheter une puce téléphonique, cela nous permet de nous balader quelque peu dans notre première ville chinoise, nous sommes toujours autant surpris par la propreté et la rigueur qu’il y règne, ce n’est pas désagréable excepté le fait qu’il y ait des caméras partout et que l’on se sent tout même un petit peu espionné, les guides le justifie par le fait que grâce à ce système, il y a peu voir pas de délinquance en Chine, et qu’il n’y a vraiment rien à craindre d’un point de vue sécurité, c’est rassurant dans le cadre notre voyage, mais un petit peu intriguant quand on y habite. Nous faisons également quelques courses, tout n’est que découverte, et faire des courses en chine est déjà une aventure.

Le lendemain nous nous présentons devant un poste de police, un policier sort avec nos plaques temporaires ainsi que nos permis de conduire, il s’ensuit un contrôle afin de voir que tout et conforme et qu’il n’y a pas d’erreur sur ces derniers documents, et que le véhicule est conforme aux renseignements donnés, cela se fait de nouveau sans difficulté, l’agence avait fait tout le travail en amont, nous voici enfin en droit de circuler en Chine.

Ça y est la Chine nous ouvre ses portes et par la même occasion nous ouvre celle de l’Asie du sud-est. Nous sommes ravis est heureux d’avoir la chance et l’opportunité de découvrir ce pays, les premiers jours de démarches à la frontière nous on laissé une belle impression, le passage de la frontière s’est fait sans surprise ni difficulté, et après un mois en Mongolie nous sommes émerveillés par tout ce que nous voyons. Nous n’en avons aucun doute, c’est certainement un merveilleux instant de vie qui nous attend

5 commentaires sur “Passage de la frontière Mongolie/Chine à Erenhot, le 01/09/2019

  1. comment faites vous pour vous repérer ?pour lire les panneaux en chinois ? est ce le guide qui est avec vous h24? aez vous un circuit préétabli ?

    J'aime

    • Bonjour, nous avons 2 guides avec nous en permanence, ils s’occupent de tout notamment de l’itinéraire qui a été convenu en amont, cela est nécessaire pour tout étranger voulant rouler en Chine avec son propre véhicule

      J'aime

  2. En admiration devant votre périple, prenez en plein les yeux, et bénédiction à la petite famille : ) olivier, Sonia et Juliette de Metz

    J'aime

  3. Hello,
    On peut vous joindre en privé par quelle adresse mail svp ??!
    J’ai un anniversaire à souhaiter aujourd’hui… 😉 !!
    A très vite,
    Tanguy

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :