La grande muraille de Chine

Lieu mythique par excellence, lorsque que l’on visite la Chine, si il y a bien un endroit incontournable, c’est bien la grande muraille. D’ailleurs Mao Zedong n’avait t-il pas déclaré que: « il n’est pas de bon Chinois qui n’ait marché sur la Grande Muraille ». Désireux de ne pas contredire le célèbre guide Chinois, nous nous sommes donc rendu sur la célèbre fortification. La notion de mur par définition ne m’attire pas, historiquement tout d’abord (ou actuel avec le mur frontalier de Trump), et surtout par le fait qu’il empêche un accès, notion complètement à l’opposée de notre projet. Il est temps pour nous d’en savoir un peu plus et de vous en rapporter le fruit.

Histoire de la Grande Muraille

En 221 av JC, Qin Shihuangdi devient le premier empereur de Chine après l’avoir unifiée dans le sang, c’est lui qui à fondé les bases de la Chine que nous connaissons aujourd’hui, en fondant le premier empire Chinois et en unifiant pour la première fois l’écriture, la monnaie ainsi que les unités de poids et de mesures. On lui doit également l’armée enterrée (que nous verrons par la suite) ainsi que le début de la construction de la Grande Muraille. Le but de cette construction est de se préserver des barbares et autre minorités se trouvant au nord du royaume, mais le mur a plus une connotation symbolique que tactique, il se veux marquer la frontière de l’empire en montrant sa puissance et sa grandeur et à donc un côté plus dissuasif. Le mûr, tel qu’on le connaît aujourd’hui date de la dynastie Ming au XVIème siècle, qui a succédée à la dynastie des Yuan, dynastie Mongole suite à la mise à sac de Pékin par Gengis Khan. Désireux de ne plus se faire envahir par le nord, les Ming ont entrepris de pérenniser la construction en utilisant de la brique et des blocs de pierres pour bâtir un mûr d’une hauteur variant de 6 à 7 mètres et d’une largeur de 4 à 5 mètres, le tout sur une distance de 6700 kilomètres (rien que ça !). Le mur va de Shanhaiguan, au bord de la mer de Chine, jusqu’à Jiayuguan, dans la province du Gansu, il passe aussi bien par des lacs que sur des hauts sommets.

On retrouve à intervalles reguliers des tours de garde. D’après certains calculs , la quantité de matériaux utilisés pour sa construction aurait été suffisant pour construire un mur d’un mètre de de large sur 5 mètres de haut autour de la terre. Malgré cela la Dynastie des Qing succéda à celle des Ming, venant, je vous laisse deviner: du nord du mur (ça fait un peu Game of Throne!) , plus précisément de Mandchourie, restant en place plus de 230 ans jusqu’en 1911.
Aujourd’hui, la Grande Muraille de Chine reste un symbole fort du pays, marquant sa grandeur passée, il nous reste plus qu’à aller nous en rendre compte par nous même et fouler ce monumental monument.

La grande Muraille à Badaling

Nous l’avons vu aux grottes du Yungang, la Chine est très forte pour spéculer sur le tourisme, mettant en avant leur culture, Badaling en est un exemple flagrant, se voulant être le site, pour voir la Grande Muraille, le plus facile d’accès et surtout le plus touristique. C’est l’endroit le plus élevé de la grande Muraille culminant à 800 mètres d’altitude. Nous arrivons sur le parking du site vers 16h00 et nous nous hatons de prendre de bus (gratuit) afin de pouvoir profiter du coucher du soleil. L’agence s’est occupée de réserver les billets, nous voici marchant sur la grande muraille.

Ce n’est qu’un mur, mais quelle histoire, quelle folie, nous sommes plongé immédiatement dans un autre temps, nous avançons de poste de garde en poste de garde, s’arrêtant régulièrement aux niveaux des créneaux pour admirer les panoramas que nous offre se promontoire et regardant la muraille disparaissant et réapparaissant au gré du nivellement verdoyant, tel un dragon ondulant sur une mer végétale.

Nous nous rendons compte du travail fait, des sacrifices qu’il a fallu concéder à cet ouvrage, du dur labeur du plus d’un million d’ouvriers qui y ont oeuvrer, c’est impressionnant, et se n’est plus simplement sur un mur que nous marchons, mais sur un symbole, sur une identité, cela m’a définitivement convaincu, non pas pour la folie d’un homme mais pour l’abnégation d’un million d’autres.
Nous poursuivons notre balade hors du temps alternant pente abrupte parsemée de marches irrégulières, nous montons et descendons au rythme des méandres du dragon, jusqu’à s’installer paisiblement pour admirer le coucher de soleil, scellant ainsi de manière romantique une riche journée, mais laissant présager un avenir radieux à la culture chinoise.

Trop

Nous avons été déçu par l’aménagement touristique qui se trouve sur le site. La Muraille est très bien entretenu, le cadre est magnifique et le prix raisonnable, nous pensons sincèrement que le monument se suffit à lui-même. Malheureusement sur place on retrouve quelques aberrations, comme notamment un rail qui permet la descente avec une espèce de luge fluo et cela au pied du mur tel un vieux par d’attraction sur le déclin, où encore, et cela est incompréhensible, trois fosses, de taille moyenne ou l’on retrouve à l’intérieur de chaque, une dizaine d’ours noires, pas de verdure, peu de distractions, pas de nourriture apparente et des animaux inanimés, allez comprendre se qu’il font là. Le but est sans aucun doute financier, mais je serais prêt à payer plus cher l’entrée au site plutôt que de voir se genre de spectacle dénué de sens.

Fiche technique

  • 1€ = environ 8 Yuans
  • Parking: très accessible et sécurisé pour les camping-car, possibilité d’y passer la nuit, toilettes à la maison du tourisme, à côté de l’arrêt de bus pour accès Muraille.
  • Prix: 70 Yuans par adultes, nous n’avons rien payé pour les 3 enfants
  • Horaires d’ouvertures: 7H-19H, le dernier bus de retour est à 19h00 mais possibilité de rester sur la Muraille et de rejoindre le parking à pied situé à 2km
  • Localisation : ville de Badaling à 80 kilomètres de Pekin
  • Sur place: toutes commodités touristiques, trop même !

Avis Yoan: c’est un site idéal d’un point de vue touristique, tout est beau et bien aménagé excepté quelques « attractions » qui n’ont pas leur place. Il nous a manqué le côté sauvage et aventureux, nous aurions aimé pouvoir voir le mur rendu à la nature et pouvoir nous y perde dans une rendonnée hors du temps, mais tout de même quel honneur de pouvoir fouler se mythe !
Avis Aurélie : fascinée par la grandeur historique du site, et le fait de la voir en vrai c’est tout bonnement incroyable, mais qu’est ce que ça monte! Ça pique aux molets !
Avis Léane : c’était magnifique, la balade était trop cool, les ours étaient pauvres ils n’avaient pas d’eau
Avis Lilou : c’était beau, j’ai adoré
Avis Evan : c’était bien la marche, c’était beau.

Nous sommes contre la notion de mur mais pour les belles histoires, la grande muraille nous a permis de nous plonger dans l’histoire de la Chine afin d’en savourer la richesse. Nous nous sommes promené sur une épopée sur environ 3 kilomètres soit environ 0,04% de la longueur de la muraille, tout de même de quoi donner matière à s’évader dans la position favorite de Bouddha.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :