Un petit tour à Phnom Penh et puis s'en va.

Le Cambodge n’aura pas été une réussite pour nous, nous parlerons des raisons de cela dans le bilan, mais nous avons pris la décision de quitter au plus vite le pays afin de se renouveler et de repartir du bon pied en Thaïlande. Pour cela nous repartons à la capitale Phnom Penh pour y faire nos visa thaïlandais puis nous prendrons la route direction la frontière. En 6 jours de temps nous avons eu deux incidents avec le camping-car, temporisés par une belle rencontre.

Phnom Penh, un trou de plus dans le camping-car.

Après notre petite semaine dans le sud du Cambodge, nous prenons donc la direction de la capitale dans laquelle nous arrivons en fin d’après-midi après une journée harassante de route. Nous nous étions promis de ne plus rouler de nuit dans des capitales ou grandes villes, et je vous le donne en mille, nous voici en plein bouchon, de nuit en plein centre-ville de Phom Penh, entouré par des centaines de scooters et autre tuk-tuk.

Nous cherchions à rejoindre un parking se situant à proximité de l’ambassade de Thaïlande afin de pouvoir déposer nos dossiers de visa au plus vite le lendemain matin. Ce qui devait arriver arriva, une camionnette vient se coller contre le camping-car, au moment de repartir, je lui arrache son rétro, avec le décrochement qu’il y a entre la cabine et la cellule du camping-car. Je me gare sur le bas-côté un motard ramasse le rétro et nous le passe par la fenêtre, le conducteur de la camionnette ne s’est pas arrêté il a pas l’air très inquiet, je descends avec le rétro à la main et viens toquer à son carreau en plein bouchon, celui-ci est crispé à son volant et ne daigne même pas ouvrir sa vitre pour récupérer son rétro. Bon cela m’arrange, je pensais être en tort, même s’il n’avait pas me coller comme ça, je rejoins le véhicule, retro à la à la main, constatant les dégâts sur mon véhicule et me disant que je m’en sors plutôt pas mal évitant ainsi de longues palabres et négociations en plein bouchon en plein centre ville.
Résultats des courses nous avons gagné un rétro de camionnette de marque chinoise qui me servira strictement à rien, ainsi qu’un joli petit trou dans la cellule du camping-car. Arrivée sur le parking je dégaine mon arme secrète, le joint silicone ! Tel une cicatrice de guerre, gravée dans sa chaire, le gros gardera un souvenir de cette bataille, stigmate de l’imprudence de son conducteur qui, têtu, ne veut pas s’en séparer, ne serait-ce que quelques heures, afin de lui éviter quelques péripéties.

C’est réparé !!!

Trois jours d’attente et belle rencontre.

Après avoir déposé nos dossiers de visa, nous quittons la capitale direction sa périphérie afin d’y attendre les trois jours nécessaires afin de pouvoir récupérer nos passeports. Nous longeons le Mékong et 15 km plus loin trouvons un terrain vague sur lequel nous nous installons. Non loin de là nous nous rapprochons d’une dame tenant un petit point de vente de boissons et de fruits et légumes, afin de lui demander si notre présence ne dérangeait pas. En plus ne pas déranger, elle est ravie de notre présence, cela marquera le début de trois jours de partage avec elle et sa famille. Le premier jour elle passe régulièrement, elle s’inquiète de voir trois enfants vivre dans un camion et viens donc essayer de comprendre notre mode de vie. À chaque fois elle nous ramène un petit quelque chose, une petite friture de poisson, des fruits, quelques boissons, elle nous propose le soir d’aller se doucher chez elle, sa douche n’est pas mieux qu’à notre, c’est une grosse citerne d’eau avec une casserole, mais ça à le mérite d’être plus conviviale surtout quand elle a commencé à sortir le karaoké et que Evan a commencé à pousser la chansonnette (oui enfin, il a plus hurlé qu’autre chose, impossible de lui reprendre le micro !)
Le lendemain soir ses quatre fils sont venus nous rejoindre pour se présenter et essayer d’échanger un peu en anglais, nous avons sorti l’apéro et passé une bonne soirée. Ils ont trouvé drôle, que nous ayons une poubelle installée à côté du camping-car et surtout que nous avions nettoyer la zone, à un moment par réflexe, un des fils jette sa bouteille par terre l’aîné des quatre le reprend et lui fait mettre la bouteille à la poubelle, ce fut une petite victoire ! Mais nous nous rendons compte que c’est vraiment un réflexe chez eux ce qui est bien malheureux.


C’est le moment de repartir en direction de Phnom Penh pour récupérer nos passeports, cette dame nous aura gâté pendant 3 jours, les enfants lui ont fait un petit dessin chacun, petite séquence émotion au moment de prendre la route, encore une belle rencontre, sans forcer, purement au hasard, l’hospitalité n’est pas un vain mot au Cambodge il n’y a pas de hasard dans le fait que, partout où nous nous serions installés, nous sommes convaincu que ça aurait été le même accueil.

La route de la Thaïlande et f#&*€ trou!

Visa thaïlandais en poche c’est parti direction la frontière. Il y a pas mal de route à faire et celle-ci n’est pas toujours en bon état et surtout la circulation y est très dense et très lente si nous ne doublons pas. Les 100 derniers kilomètres se font dans une zone vallonnée, avec de magnifiques trous sur la route, pas de problème nous sommes habitués, c’est parti pour une séance de slalom. Mais bon ça peut pas marcher à tous les coups attiré par un panneau publicitaire vachement attention durant une à deux secondes et là papam papam ! La roue avant gauche et arrière gauche passent à bonne vitesse dans un magnifique trou qui ressemble plus à une tranchée de la guerre de 14, nous nous arrêtons un peu plus loin pour évaluer les dégâts, verdict: deux jantes voilées !
Bon nous ne connaissons pas trop la conduite à tenir concernant ce problème, nous regardons sur internet mais on y trouve de tout et de rien, nous décidons de ne pas rouler plus, et faisons appel aux quelques 3200 personnes qui nous suivent sur Facebook.

Bien nous a pris, grâce à vos conseils nous avons pu redresser la jante, le résultat est pas mal, et surtout être rassuré concernant un possible éclatement du pneu ou autre problèmes mécaniques qui pourraient survenir après ce choc. Merci à vous

Voici une sélection des commentaires constructifs et avisés :

Voici ceux qui le sont beaucoup moins mais complètement dans l’esprit !

Et voici le résultat !

Une fin de Cambodge en demi-teinte, nous avons évité le pire et je pense eu de la chance concernant les deux petits pépins mécaniques, cela aurait pu être pire. Nous allons maintenant nous atteler au bilan du Cambodge mais d’ores et déjà nous pouvons dire que cela aurait été compliqué pour nous et plein de contradictions, beauté et déception ainsi que pépins et belles rencontres. Nous suivons maintenant avec plaisir sur Facebook la petite famille qui nous a accueilli non loin de Phnom Penh, nous sommes ravis de les voir et les remercions de tout cœur pour leur accueil. Maintenant direction la Thaïlande, où on est sûr de trouver notre plage de rêve, à défaut de l’avoir trouvée au Cambodge, pour un instant de vie sous les cocotiers

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :